juin 20, 2018

Réductions significatives des complications pulmonaires coûteuses grâce à l’utilisation d’un dispositif sans médicament

Les complications pulmonaires postopératoires (CPP) constituent un fardeau majeur pour le système de santé. Les données d’une nouvelle étude en situation réelle publiée dans la revue Pulmonary Therapy ont permis de démontrer une réduction significative des coûts grâce à l’utilisation du système Aerobika*, un dispositif qui permet de créer une pression expiratoire positive oscillante (OPEP) auprès des patients dans les unités de soins postopératoires.11

L’analyse rétrospective des bases de données qui a porté sur 288 patients ayant subi une chirurgie cardiaque, thoracique ou abdominale supérieure, suggère que l’utilisation du dispositif Aerobika*, combinée aux soins normalement prodigués (spirométrie incitative), était associée à un taux de réhospitalisation moins élevé, une réduction de la durée de l’hospitalisation et une réduction des coûts comparativement aux patients n’ayant reçu que les soins postopératoires normalement prodigués.

Trente jours après le congé de l’hôpital, le nombre de patients faisant partie du groupe soumis aux traitements du dispositif Aerobika* ayant été réhospitalisé était significativement inférieur (13,9 % comparativement à 22,9 %; p = 0.042) et la durée moyenne de leur séjour était significativement plus courte (1,25 ± 4,04 jours comparativement à 2,60 ± 8,24 jours; p = 0.047) par rapport au groupe ayant seulement reçu le traitement de spirométrie incitative. Le coût des hospitalisations a diminué de 80 % dans le groupe Aerobika* (p = 0,001).

Le fardeau des CPP est très élevé, particulièrement chez les patients opérés au niveau abdominal, thoracique ou cardiaque :

  • Le taux de mortalité est plus élevé lorsque comparé aux patients n’ayant pas de CPP (après 30 jours, le taux de mortalité peut être jusqu’à 10 fois plus élevé et 20 fois plus élevé après 90 jours)
  • La mobilisation des ressources et les coûts sont significativement plus élevés (principalement en raison de la durée de l’hospitalisation); une étude faite à partir de l’analyse de 700 000 patients provenant d’une base de données aux États-Unis, prédit que les CPP pourraient entraîner 9 500 décès supplémentaires et 92 000 admissions de plus aux unités de soins intensifs (USI), ce qui se traduirait par des coûts supplémentaires totaux de 3,42 G$ US aux États-Unis2

Les causes des CPP pourraient être en lien, entre autres raisons, à l’apparition d’une respiration superficielle et à une réduction de la lumière des voies respiratoires, ce qui justifie le recours à des techniques de réadaptation physique ayant pour effet d’augmenter le volume pulmonaire et de dégager les voies respiratoires, permettant ainsi de réduire la sévérité et les risques de CPP. L’une de ces techniques est la spirométrie incitative, qui permet de motiver le patient à prendre de grandes et lentes inspirations en inhalant par un dispositif lui permettant d’élever une boule ou un piston.3 L’utilisation de la spirométrie incitative à des fins cliniques est répandue malgré qu’il n’existe que peu d’études qui en ait démontré la valeur.3,4 Une autre méthode utilisée pour prévenir et traiter les CPP est la thérapie par pression expiratoire positive (PEP), pour laquelle une résistance est appliquée lors de l’expiration.

Le dispositif Aerobika* est un système de pression expiratoire positive oscillante (PEPO) facile à utiliser qui ne nécessite aucun médicament, et qui applique une résistance intermittente lorsque le patient expire, ce qui crée une dynamique de pression oscillatoire qui permet d’élargir les voies respiratoires et d’aider à pousser le mucus vers les voies respiratoires supérieures où il sera expectoré. Les données obtenues lors d’essais cliniques et les résultats d’études en situation réelle ont démontré que le dispositif Aerobika* augmente le volume pulmonaire, réduit l’hyperinflation et améliore le dégagement des voies respiratoires chez les patients souffrant de MPOC5 ou de bronchiectasie,6 tout en réduisant les exacerbations dues à la MPOC.7 Ces observations suggèrent que cet appareil est en mesure de prévenir les CPP, et c’est pour cette raison que les auteurs ont mené cette étude à partir de bases de données en situation réelle.

Selon le docteur Jason Suggett, coauteur de l’étude, « à partir des résultats obtenus lors de cette étude, et en prenant en considération à la fois le coût peu élevé et les faibles risques associés à l’utilisation du dispositif Aerobika*, je suggère qu'il pourrait être avantageux d'intégrer cet appareil aux protocoles standards de soins appliqués à tous les patients démontrant ce type de caractéristiques postopératoires », en prenant soin d’ajouter que des études à venir pourront définir plus spécifiquement les avantages que représente l’utilisation de ce dispositif. Toujours selon le docteur Suggett, « le fait que les coûts des traitements des patients du groupe Aerobika* aient été moins élevés pendant la période de 30 jours suivant leur congé de l’hôpital (surtout en raison du nombre moins élevé de complications ayant nécessité une réadmission à l’hôpital), représente une avenue très intéressante pour les fournisseurs de service et les assureurs qui souhaitent une réduction des réhospitalisations précoces. »

 

À propos de Trudell Medical International (TMI)

À propos du dispositif Aerobika*

 

À propos de l’étude

Les données utilisées lors de cette étude rétrospective sont tirées de dossiers de patients stockés dans la base de données exclusive Hospital Charge Detail Master (CDM) de l’IQVIA. La base de données CDM traite des dossiers de patients de plus de 650 hôpitaux de 46 états aux États-Unis, ce qui représente 7 millions d’hospitalisation et 60 millions de visites de patients en cliniques externes. Un total de 887 patients, ayant subi des chirurgies cardiaques, thoraciques ou de l’abdomen supérieur et ayant été hospitalisés entre le 1er septembre 2013 et le 30 avril 2017, ont été identifiés comme étant des utilisateurs du dispositif Aerobika* (en plus du traitement standard de spirométrie incitative), et parmi ceux-ci 144 répondaient aux critères de sélection établis pour cette étude. Le groupe de comparaison était composé de 144 sujets présentant un coefficient de propension équivalent et qui avaient été traités seulement par spirométrie incitative.

Pour tout renseignement médical, veuillez communiquer avec :
Jason Suggett PhD, BPharm, MBA, MRPharmS
Directeur du groupe Science et Technlologie
1- 519-455-7060

 

 

 

 

Source:
1. Burudpakdee C, Near AM, Huang H, Coppolo D, Kushnarev V, Suggett J. A Real-World Evidence Study Assessing the Impact of Adding the Aerobika* Oscillating Positive Expiratory Pressure Device to Standard of Care Upon Healthcare Resource Utilization and Costs in Post-Operative Patients. Pulmonary Therapy. 2018.
2. Linde-Zwirble W, Bloom J, Mecca R, Hansell D. Postoperative pulmonary complications in adult elective surgery patients in the US: severity, outcomes and resources use. Critical Care. 2010;14 (Suppl 1):P210.
3. Restrepo RD, Wettstein R, Wittnebel L, Tracy M. Incentive spirometry: 2011. Respiratory care. 2011;56(10):1600-1604.
4. Carvalho CR, Paisani DM, Lunardi AC. Incentive spirometry in major surgeries: a systematic review. Revista brasileira de fisioterapia (Sao Carlos (Sao Paulo, Brazil)). 2011;15(5):343-350.
5. Svenningsen S, Paulin GA, Sheikh K, et al. Oscillatory Positive Expiratory Pressure in Chronic Obstructive Pulmonary Disease. COPD. 2016;13(1):66-74.
6. Svenningsen S, Guo F, McCormack DG, Parraga G. Noncystic Fibrosis Bronchiectasis: Regional Abnormalities and Response to Airway Clearance Therapy Using Pulmonary Functional Magnetic Resonance Imaging. Academic radiology. 2017;24(1):4-12.
7. Burudpakdee C, Seetasith A, Dunne P, et al. A real-world study of 30-day exacerbation outcomes in chronic obstructive pulmonary disease (COPD) patient managed with Aerobika*OPEP. Pulmonary Therapeutics. 2017.
8. Khoudigian-Sinani S, Kowal S, Suggett JA, Coppolo DP. Cost-effectiveness of the Aerobika* oscillating positive expiratory pressure device in the management of COPD exacerbations. International journal of chronic obstructive pulmonary disease. 2017;12:3065-3073.